Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 21:00

Je me suis rendu ce week-end à Montpellier, à l'invitation de Patrick Losso et de l'Agence NMC, pour signer quelques ouvrages ("Mémoire de Thierry Le Luron" et "Louis de Funès : le sublime antihéros du cinéma" aux Editions Autres Temps) lors du Grand Marché de Noël qui se déroulait place de la Comédie. A cette occasion, l'Invitée d'Honneur était Sophie Vouzelaud, 1ère Dauphine de Miss France 2007, Miss de coeur des Français, ambassadrice de charme des sourds et malentandants. Elle était accompagnée de ses parents, Hélène et Jean-Pierre Vouzelaud, ainsi que de Damien Nougarède pour présenter son ouvrage "Miss et sourde" sorti aux Editions Leduc. Belle et ravissante rencontre avec cette charmante jeune femme honorée de plusieurs titres mais d'une grande modestie. Je remercie l'équipe de la Librairie "Le Mas de Tesse", Route de Lodève à Montpellier et particulièrement Alexandra et Leïla. Prochain rendez-vous en Languedoc-Roussillon les 25 et 26 mai prochains pour la célèbre Comédie du Livre. Quant à mon bouquin consacré à Louis de Funès, il est encore disponible de partout... mais attention, il part très vite ! Bonnes Fêtes de fin d'année à mes fidèles blogeurs.




Partager cet article
Repost0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 09:19

Voici un film qui m'a bouleversé il y a quelques années lors d'un passage à la télévision.  Tiré du roman de Michel Bataille et adapté au cinéma par Terence Young, "L'arbre de Noël"  ( 1969) retrace le tragique parcours du petit Pascal ( Brook Fuller), atteint par une leucémie à la suite d'un accident nucléaire.  A ses côtés, son père- Laurent- joué par le grand William Holden et le domestique Verdun campé par un Bourvil déjà bien frappé par la maladie qui allait l'emporter l'année suivante. Un film émouvant qui dénonce aussi la bêtise atomique cause du malheur d'une famille heureuse. Quelques scènes demeurent inoubliables dont la dernière près du sapin... Même si ce film reste difficile à voir en cette période où on souhaiterait plus rire d'abord, il n'empêche que c'est un des classiques de ces années-là et sans doute une des meilleures compositions de notre ami Bourvil.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 18:19

"Louis de Funès, le sublime antihéros du cinéma" est sorti le 15 novembre dernier. C'est une publication des Editions Autres Temps drivées par Gérard Blua. Ce dernier m'avait accordé une première chance en 2001 avec une biographie de Fernandel co-écrite avec Franck. En 2006, nous sortions "Mémoire de Thierry Le Luron" avec le même succès. Cette fois-ci, je donne un coup de chapeau au comique de Louis de Funès avec cet ouvrage illustré de 200 pages. Bien entendu, pour les fêtes de fin d'année, c'est le cadeau passe-partout qui est rarement détesté. Vous pouvez faire et vous faire plaisir pour la somme de 20 euros. C'est tout neuf et c'est disponible dans toutes les librairies de France et de Navarre. Sans oublier les sites de référence pour passer les habituelles commandes! Bonnes fêtes de Noël et de fin d'année à toutes et tous!

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 21:02

Ringo Willy Cat est né Guy Bayle en 1947 à Toulouse. Ce chanteur beau gosse se fera connaître dans les années 70 avec de grands tubes tout en formant un couple mythique avec Sheila. Il était plutôt sexy le garçon du Sud-Ouest!  On connaît encore certains titres qui sont entrés dans la mémoire chantante collective. Pour ces fêtes, je vous offre à l'instar de nombreux autres blogs cette chanson de 1979 "Dites-moi qui est ce grand corbeau noir". C'est un classique du genre...

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2008 7 07 /12 /décembre /2008 21:52

Raymond  Devos a tenu l'affiche pendant un demi-siècle avant de nous quitter en juin 2006. C'était un artiste complet doué pour les non-sens et les jeux de mots fins et subtils. Ses meilleures créations sont dans toutes les têtes comme "sens dessus dessous" ou "le train pour Caen?". Cet immense humoriste aux rondeurs savoureuses savait nous faire rire sans provoquer les bas instincts et en évitant les écueils de la grossièreté gratuite. Tout un art. Je me rappelle d'un spectacle de Raymond Devos au début de l'année 2000 dans la banlieue de Valence. Un best de sa carrière devant un public conquis d'avance. Cétait  pas seulement un jongleur de mots mais également un clown poète qui avait connu des temps difficiles avant de connaître la renommée. Venu de Belgique, Devos a connu la gloire  en France qu'à partir des années 60. Le cinéma aura fait appel à lui mais sans mettre en avant le meilleur de cet artiste. Ce qui nous reste maintenant vient de ses spectacles dans lesquels il se donnait physiquement au maximum. Raymond Devos, un comique qui nous manque bien en cette époque morose!

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 22:41

Ils étaient près de 80 à s'être déplacés ce soir à ma présentation de "Louis de Funès, sublime antihéros du cinéma" à la Médiathèque Simone de Beauvoir. Malgré le froid et la pluie éparse, des dizaines de personnes sont venues m'écouter et boire le verre de l'amitié. Je l'ai déjà dit : je ne suis pas un grand conférencier et je préfère aller à l'essentiel et ensuite échanger avec les gens. Grâce à la Médiathèque et à la présence des premiers lecteurs, tout s'est bien déroulé au premier étage de la rue Sabaton. Merci mille fois à celles et ceux qui font le succès oui non des auteurs comme des artistes. On ne le dira jamais assez: le respect du public est une des conditions sine qua non pour assurer sa bonne renommée et son travail. Les gens répondent beaucoup aux personnages médiatiques et leur achètent leurs produits. Mais qu'on soit en train de débuter ou au sommet, on se doit de respecter toutes les personnes qui vous lâchent du fric afin de se faire plaisir. C'est pourquoi je vous dis par avance merci à toutes et tous!

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 14:02

Il est né en novembre 1914 à Izmir en Turquie dans une famille de français à l'étranger. Henri Langlois quitte sa ville natale en 1922 au moment du conflit entre les Turcs et les Grecs. Langlois s'installe à Paris et cultive petit à petit une passion pour le cinéma. Avec Georges Franju et Jean Mitry, dans les années 30, il fonde officiellement la Cinémathèque Française conçue comme une salle de cinéma et musée. De dix films en 1936, le, fond atteint plus de 60.000 films en 1970. Bien plus qu'un archiviste, Langlois reconstitue et montre beaucoup de films en danger de désintégration. Pendant la seconde guerre mondiale, Henri sauve des bobines en celluloïd dans sa baignoire!  En plus des films, il décide de préserver d'autres objets liés au cinéma tels que les caméras, machines de projection, costumes. Sans oublier les réceptions à la Cinémathèque en compagnie des plus grands noms du cinéma. Langlois adore Eisenstein, Griffith, Stroheim mais également tous les cinéastes de la Nouvelle Vague qui le lui rendent bien. En 1970, un documentaire britannique intitulé "Henri Langlois" est réalisé; il raconte  son travail et sa vie, avec des interviews de Lilian Gish, François Truffaut, Catherine Deneuve, Jeanne Moreau... En 1972, le Musée du Cinéma est créé au Palais de Chaillot. Mais la santé de Langlois, infatigable défenseur du cinéma et protecteur de milliers de bobines, en prend un coup. "J'ai de l'eau jusque là, quand elle arrivera au niveau du coeur, je serai mort" lance à son entourage le créateur de la première cinémathèque de France quelques mois avant sa mort. Celle-ci survient le 13 janvier 1977 à Paris. Jusqu'au bout, Henri Langlois aura déambulé dans son musée du cinéma entouré du regard de celles et ceux qui figés sur les murs ne pouvaient que lui dire: merci.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 19:44

Allez, mes amis,  en cette veille de Noël, je vous invite à vous procurer l'un des vingt derniers exemplaires de mon livre sympa sur le tabac en France et son impact dans notre société. Pour les dix premiers clients qui me prendront cet ouvrage rare et collector, une petite surprise sera attribuée dans votre envoi. Il s'agit de quelque chose qui se mange beaucoup en période de fêtes mais je n'en dis pas plus! Je vous laisse mes coordonnées:
Pascal Djemaa- 1 rue de Dunkerque prolongée- 26300 Bourg-de-Péage.
Tél.:  06 24 82 61 74
 
Chaque ouvrage fait frais de port compris la somme de 12 euros.
Merci d'avance!

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 22:27

Le salon des Roman(s) à Romans s'est bien passé ce week-end dans ma bonne ville du même nom. Pour cette huitième édition, les organisateurs ont invité une pléiade d'auteurs originaires des pays d'Afrique Noire. Rencontres, dédicaces, débats autour de la société multiculturelle ou de la littérature africaine, le public n'a pas manqué ce rendez-vous devenu une institution dans la Cité de Jacquemart. Parmi les invités, citons Chantal Umuraza, le conteur congolais Gabriel Kinsa, le vétéran Olympe Bhely-Quenu, Fatou Diome, Gaston Kelma... Dans la salle Michels, les débats sont allés bon train en compagnie de la plupart des auteurs et de Richard Bohringer. Ce dernier a pris la "nationalité sénégalaise il y a quelques années pour dire merci à l'Afrique pour le supplément d'âme qu'elle m'a donnée"... Bohringer aime les mots comme ceux de son dernier livre "Bouts Lambeaux" ou le parcours d'un homme hyper-sensible. C'est d'ailleurs un problème cette hyper-sensibilité chez cet artiste qui n'a pas hésité samedi à envoyer "paître" les journalistes ou les amateurs de photos. Richard me fait penser parfois à un membre de ma famille qu'on surnomme "Jeannot". Pas tout à fait le même physique mais souvent la même colère, les coups de blues,  la voix qui porte...On ne sait pas s'il faut leur parler en arrivant ou se faire tout petit. Richard Bohringer, je l'ai rencontré quatre ou cinq fois déjà et je me souviens d'un salon du livre près de Nice où nous avions vraiment sympathisé au point qu'il m'avait laissé son numéro de téléphone personnel et rappelé lui-même deux jours après. Il m'avait évoqué brièvement la possibilité de faire une biographie tous les deux et patatras! Plus rien quelque temps plus tard. J'avais rappelé mais très vite, au bout de quelques semaines, Richard me demandait qui j'étais...Lors de ce salon du livre à Romans, ce week-end, je lui ai remis un courrier dans lequel je reprenais tout depuis le départ afin qu'il se souvienne un peu de moi. J'attends son coup de fil...

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2008 5 07 /11 /novembre /2008 08:15

"Age tendre et tête de bois" clôture sa troisième saison dans le sud-est de la France. Avec succès, comme ce fut le cas le 6 novembre au parc des expos de Valence. Du public et des vedettes réunis dans la même ferveur, la même communion et avec le même respect des uns et des autres. Sur scène, j'ai vu défiler 18 vedettes: Richard Anthony, Stone et Charden, Alain Delorme, les Surfs, Catherine Lara, Herbert Léonard...présentées par Denise Fabre dont on a gardé un souvenir étincellant de sa période de speakrine dans les années 70-80. Cette tournée -la 3ème du genre- commence à déborder du cadre des années 60-70 en accordant une place aux artistes des eighties! Mais tout se passe bien pour notre plus grand bonheur. J'ai approché quelques stars dans les loges dont Marcel Amont qui a 79 ans affiche toujours une santé remarquable. Il faut le voir encore chanter "Le Mexicain"!  Je n'oublierai pas non plus Danyel Gérard qui a tant excité de filles il y a trente ans avec ses tubes. Dans les coulisses, il m'a parlé de la "mauvaise presse qui dit tout et n'importe quoi sur la tournée". Je suis toutefois rassuré: je n'appartiens pas à cette presse mal renseignée ou peu enthousiaste sur le concept qui rend pourtant les gens heureux. Car, contrairement aux propos tenus par un chanteur récemment,  la tournée "Age tendre et tête de bois" n'est pas destinée seulement aux maisons de retraite et aux seniors. Dans la salle j'ai vu toutes les générations même si je l'accorde, on assiste pas à un raz-de-marée juvénile de partout en France. Mais il y aura une quatrième édition comme l'annoncé le régisseur Patrick Carrier. En 2009,  Gérard Blanc, la Compagnie Créole et bien d'autres intégreront le nouveau parcours. Un mot enfin sur le "chauffeur de salle": Patrick Topaloff. Ce dernier n'en manque pas une en parcourant le public peu de temps avant le lever de rideau. Bravo la troupe!

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Pascal Djemaa
  • : A travers mon blog je souhaite vous faire partager mes passions: l'écriture et le cinéma...
  • Contact

Recherche

Archives